{process=oui}
Inachevé.net

Site de création littéraire plus ou moins expérimentale

Inachevé.net

  • Vendredi 17 juillet

    | The Virus Diaries | 17 juillet 2020

    Art contemporain — Chapitre 12

    « Bref, ils ont voulu en faire trop. Sans doute à cause de la monumentalité du site. La piste était tellement vaste, le chapiteau tellement haut, je crois qu’ils se sont dits qu’un type dans le public, assis en haut des gradins, ne pourrait jamais voir ce qui se passait de l’autre côté de la pile. Ils avaient raison du reste. Résultat, ils ont imaginé de lancer certains numéros en même temps : en haut, en bas, d’un côté, de l’autre, il pouvait y avoir quatre performances simultanées. (...)

    Lire la suite...

  • Jeudi 16 juillet

    | The Virus Diaries | 16 juillet 2020

    Art contemporain — Chapitre 11

    « Oui, ça aurait pu tout faire flamber, mais heureusement, non ! Les artificiers étaient des nuls, mais les pompiers étaient bien là et ils sont tout de suite intervenus pour sécuriser le site et le public. À part ce que vous voyez en haut de la pile, il n’y a donc pas eu trop de dégât. On ne le voit pas d’ici, mais le béton a un peu noirci aussi, suite à l’explosion. C’est très joli au coucher du soleil ! « Ce n’est donc pas suite au feu d’artifice que (...)

    Lire la suite...

  • Lundi 13 juillet

    | The Virus Diaries | 13 juillet 2020

    Art contemporain — Chapitre 10

    « Ah, vous voulez parler de cette branche du V qui est cassée, tout là-haut, et qui pend comme de désespoir ? Si c’était effectivement une sculpture, quelle symbolique, non ? Oui, je sais, mais non : ce n’est ni la fusillade, ni les coups donnés dans le béton pour dégager le cadavre qui ont fait ça. C’est arrivé quelques années après. Même si on peut dire que c’est lié. En partie. « Cet été-là, entre la fusillade, l’enquête et le chantier du beauf, le tourisme (...)

    Lire la suite...

  • Samedi 11 juillet

    | The Virus Diaries | 11 juillet 2020

    Art contemporain — Chapitre 9

    « L’argent ? Oui, oui. Finalement, les journalistes qui ont enquêté sur l’affaire ont réussi à trouver d’où il venait et ce qu’il était devenu. Et, devinez quoi, ça nous ramène encore une fois à notre pile de pont ! « Parce que le beauf en question dirigeait un bureau d’étude spécialisé dans les travaux publics. Avec le Président de région, ils avaient imaginé tout un stratagème. D’abord, ils ont faussé la compétition pour que le beau-frère remporte le (...)

    Lire la suite...

  • Vendredi 10 juillet

    | The Virus Diaries | 10 juillet 2020

    Art contemporain — Chapitre 8

    « Peu à peu, les journalistes ont fait leurs boulots, et on a commencé à comprendre. Pas étonnant que le nom du type me paraissait familier : il avait fait la Une des journaux pendant plusieurs semaines. À peu près à l’époque du lancement de la construction. « Il trempait dans une histoire louche de corruption politicarde et il avait disparu quelques jours avant sa convocation devant les juges. À l’époque, ça avait fait grand bruit. Tout le monde pensait qu’il avait pris la fuite, qu’il (...)

    Lire la suite...

  • Jeudi 9 juillet

    | The Virus Diaries | 9 juillet 2020

    Art contemporain — Chapitre 7

    « L’enquête s’est alors complètement transformée. Après avoir fait un premier prélèvement ADN, la police scientifique a fait appel à des échafaudeurs, des maçons, et même des archéologues, pour l’aider à excaver ce qui se cachait dans le béton sans l’endommager. Je me souviens avoir longuement discuté avec une archéologue spécialisée dans le néolithique : sa direction lui avait donné l’ordre de venir, séance tenante, elle avait tout laissé en plan — pour une fois qu’il y a une urgence dans (...)

    Lire la suite...

  • Mercredi 8 juillet

    | The Virus Diaries | 8 juillet 2020

    Art contemporain — Chapitre 6

    « C’était là, vous voyez ? Il ne reste plus qu’un gros trou dans le béton et on ne voit plus aucune couleur « Oui, c’est assez haut, environ au quart de la hauteur. Ça fait bien 50 mètres, déjà. Ils ont dû grimper. C’est comme ça qu’ils s’en sont aperçus d’ailleurs. Les gendarmes ont même fait venir des chasseurs alpins pour aller fouiller la paroi et récupérer toutes les balles fichées dans le béton. Il a fallu attendre plus de deux semaines avant qu’ils ne débarquent sur les lieux pour (...)

    Lire la suite...



Dernier ajout : 4 août. | SPIP

Si l'un de ces textes éveille votre intérêt, si vous voulez citer tout ou partie de l'un d'eux, vous êtes invités à contacter l'auteur.