{process=oui}
Inachevé.net

Site de création littéraire plus ou moins expérimentale

Vendredi 10 avril

10 avril 2020

Nombrilisme(s)

Difficile de ne pas sombrer dans le nombrilisme, dans ce genre d’exercice. Certains, pourtant, s’en sont sortis avec brio — Kafka, par exemple, qui transsubstantie véritablement son nombrilisme et son quotidien à chaque ligne de ses journaux. N’est pas Kafka qui veut — et heureusement ! On n’a pas non plus besoin de 36 Métamorphoses.
Les météorologues aussi, s’en sortent pas mal, je trouve. Et je suis assez d’accord avec François Morel célébrant cette formidable aède qu’est Marie-Pierre Planchon.
Ça y est : le nombrilisme revient. Oui, grâce à Marie-Pierre Planchon, exactement. Et sa météo marine. Ça me permet de me renfermer un peu plus sur moi-même et mes rêves d’ailleurs à ce moment précis : naviguer au large, sans une terre en vue — exactement le genre de confinement qui m’irait comme un gant. Ou du moins est-ce ce que j’aimerais croire. Peut-être n’est-ce qu’une tendre illusion dont je me berce, pour me consoler d’être coincé entre quatre murs — qui plus est terrassé (c’est fou, ça, on peut être terrassé ET entre quatre murs ?) par un virus vicieux (un virus peut-il être autre chose que vicieux ? À la réflexion, non, un virus ne peut être vicieux : il est virus, un point c’est tout. Je doute que 15 gènes suffisent à coder un vice.). [1] D’autre part, je doute que ce confinement-là convienne à ceux avec lesquels je devrais le partager — et avec lesquels je me vois mal ne pas le partager.
Bref, la prochaine épidémie, promis, je la passe en mer ! [2]

[1À cet instant de l’écriture (automatique) de mes réflexions, je suis pris d’un doute : que faire quand on a plusieurs phrases dans une parenthèse ? Faut-il mettre un point à la fin ? Ah… Dans quelles affres peuvent dont nous plonger un pauvre virus, quand même !

[2C’est ça, cause toujours…



Dernier ajout : 23 avril. | SPIP

Si l'un de ces textes éveille votre intérêt, si vous voulez citer tout ou partie de l'un d'eux, vous êtes invités à contacter l'auteur.