{process=oui}
Inachevé.net

Site de création littéraire plus ou moins expérimentale

Vendredi 8 mai

8 mai 2020

General Pause — Chapitre 6

L’hypothèse d’une guerre n’est toutefois pas à écarter avec tant de légèreté. Et si la proposition des Perséides d’un envahisseur extraterrestre ne résiste pas à un examen sérieux, il n’est pas impossible qu’une guerre se soit véritablement déclarée ouvertement lors de ce que nous aimerions appeler la « General Pause » — nous verrons plus loin le pourquoi de cette taxonomie que nous prenons la liberté d’inaugurer ici.
Les arguments en faveur d’une guerre sont nombreux : le vocabulaire belliqueux, bien sûr, et l’enfermement (plus ou moins volontaire) de l’essentiel de la population mondiale. Mais le conflit n’aurait-il pas été plutôt planétaire ? Une énième guerre civile, généralisée à la planète entière, comme un prolongement du court épisode de grande guerre (grande par son ampleur dans l’espace planétaire, et non dans le temps, bien entendu) qui a occupé la première moitié du XXe siècle ? Au reste, cette guerre s’était-elle conclue ? Pas réellement : elle se rallumait sporadiquement en divers endroits, souvent les mêmes (sud-est de ce qui était alors l’Asie, ou dans ce qu’on appelait le Moyen-Orient, cette région qui fut dramatiquement engloutie par une intense période d’activité du rift continental, conduisant à la disparition et au déplacement de pays et populations entiers).
De nouveaux éléments nous permettent de corroborer cette intuition, et notamment l’incroyable découverte faite par un groupe de jeunes alpinistes qui s’étaient lancés voilà quatre ans à la conquête du Mont Scrowtch. À une centaine de mètres en contrebas du sommet, sur la face ouest (et donc la plus gelée), coincé dans un bloc de roche métamorphique dans un surplomb de la paroi, ils ont mis au jour une amphore d’environ un mètre cube, faite d’un métal incroyablement résistant. Ce métal gardait également un soupçon de radioactivité, qui nous a du reste permis un datation assez précise de l’artefact.
L’ouverture a été très délicate. Elle a exigé des mois de préparation, notamment pour recalculer l’équilibre gazeux de l’atmosphère de l’époque (qui se distingue par une très forte concentration de dioxyde de carbone) afin de la reconstituer en laboratoire et d’éviter une brusque décompensation du contenu, mais aussi pour mettre au point le protocole de déconfinement grâce à un laser à impulsions concentrées.
Mais le contenu a dépassé les plus folles espérances de tout archéologue ! Un compte rendu, quasi minute par minute d’une conversation diplomatique entre deux instances de pouvoir. Apparemment, c’était une copie sur papier grossier, écrite en gros et dans un langage vernaculaire assez étrange — on se souvient que les hommes de pouvoir de l’époque avait souvent affligés d’une courte vue, un phénomène établi par de nombreux témoignages et écrits, et qui ne laisse au reste pas d’interroger — surtout eu égard aux systèmes politiques alors en place. Certains confiaient mêmes aux peuples le choix de leurs dirigeants : pourquoi, alors, ceux-ci s’obstinaient-ils à ne choisir que des myopes ? Voilà encore une question irrésolue. Mais on pouvait y lire la date et l’heure de chaque envoi ! C’est du reste à cette occasion que nous avons découvert que les jours terrestres d’alors étaient plus courts que les jours terrestres d’aujourd’hui : nous avons, apparemment, gagné 1h34 sur chaque journée depuis lors — un chiffre qui mériterait d’être confirmé, même s’il est cohérent avec les calculs réalisé par les paléophysiciens de notre équipe.
Les locuteurs y sont multiples. Les messages très courts et souvent simplistes, mais on y découvre au fil des pages les incroyables tractations géopolitiques qui animaient alors les couloirs du pouvoir, éclairant d’un jour nouveau l’histoire des relations internationales au début du XXIe siècle. Un monde en déliquescence s’y dessine, où les conflits larvés semblent sur le point d’éclater ouvertement à tous instants.



Dernier ajout : 10 juillet. | SPIP

Si l'un de ces textes éveille votre intérêt, si vous voulez citer tout ou partie de l'un d'eux, vous êtes invités à contacter l'auteur.