{process=oui}
Inachevé.net

Site de cration littraire plus ou moins exprimentale

Lundi 18 mai

18 mai 2020

General Pause Chapitre 11

Nous sommes donc en prsence dune addiction aux informations, permise et nourrie exponentiellement par une occupation toujours plus puissante de toutes les frquences lectromagntiques. Laquelle, en retour, semble provoquer dtranges maladies chez les individus. Une vritable pandmie, lit-on souvent dans les journaux intimes qui nous sont parvenus.
Troubles neurologiques, douleurs induites insupportables, vascularites, myocardites, troubles de lhumeur, troubles de la sociabilit, fuite de la socit et repli dans des ermitages, hypersensibilit Le tableau symptomatique est large, vari et inquitant. Et le plus grave, toujours selon nos tmoins, ce sont ces « tumeurs » tueuses qui se dveloppent, de plus en plus nombreuses et de plus en plus meurtrires, ces « cancers » menaant toutes et tous. Certains de ces tmoins, aux invocations plus alarmistes, vont mme jusqu avancer quune forme de slection naturelle est luvre pour ne retenir que les individus capables de survivre ces douches lectromagntiques implacables et inlassables. [1]
Des millions de personnes semblent mourir de ces maladies particulirement « malignes » nous dit-on. tonnons-nous ici que les Persides ne se soient pas saisis de ces tmoignages pour appuyer leur thorie guerrire extraterrestre : le terme de « malin » suggre une intelligence suprieure. Mais revenons lhypothse qui nous occupe.
La pandmie ne semble pas avoir commenc lpoque de la General Pause. Elle lui est largement antrieure. Peut-tre de quelques dcennies mme si des occurrences du terme « cancer » semble remonter plus dun sicle auparavant, avant mme que les ondes lectromagntiques ne soient mises au service de laddiction informationnelle : mais le sens exact de ce terme, hrit de la mythologie antique, aura trs bien pu muter entretemps.
Il nen demeure pas moins que ces tmoignages tablissent un rapport direct, de cause effet, entre loccupation toujours plus gnralise des ondes, et lexplosion pandmique.
Ajoutons ici une petite rserve : lessentiel de ces tmoignages nous vient manifestement de personnes qui sont elles-mmes victimes de ces maux mystrieux, et on ne peut totalement carter lventualit dun biais de leur part.
Il nen demeure pas moins que, les gouvernements mondiaux, sentant le pic pandmique arriver, auraient dcid dans un vieux rflexe qui date des grandes pidmies de pestes quelques sicles plus tt, de la General Pause. Tout arrter, dans lespoir que la pandmie elle-mme sarrte. Sauf que, pour viter des dcompensations parfois violentes, les gouvernements, peut-tre sous la pression de groupes dinfluenceurs rendu particulirement puissant par leur richesse, auraient dans le mme temps dcid de laisser aux populations le loisir de nourrir les addictions : tabac et alcool, restrent en vente libre. Et, plus surprenant, les canaux daddiction informationnelle restrent galement ouverts. Les gouvernements navaient-ils pas compris lorigine premire de la pandmie ? Et, si oui, quels taient leurs objectifs ?
Il y a l comme un petit grain de sable dans cette belle thorie, que nous esprons un jour claircir. Le rsultat aurait cependant t catastrophique : les mesures prises pour lutter contre la pandmie entranent en effet une saturation des ondes plus importantes encore et ainsi se serait enclench un vritable cercle vicieux. La General Pause ne pouvait alors avoir que les consquences extrmement nfastes quon sait.
Aux quelques menues rserves que nous pouvons mettre au sujet de cette lgante thorie (dont lironie mordante nest pas le moindre des attraits, surtout quand on est familier du genre humain), sajoute un problme de taille : que sont ces « cancers » ? Les grimoires parlent en longueur de tumeurs en divers endroits du corps, de maladies systmiques gnralises, de tout un tas de choses trs inquitantes Mais comment homo sapiens sapiens navait-il pas compris comment se dbarrasser de ces petites choses ? Cest tellement simple pourtant ! Et qui a jamais entendu parl dune tumeur maligne, qui irait jusqu tuer le patient ? Quelle ide

[1Cest dailleurs une ide trs intressante, mais ce nest pas ici lendroit pour lexplorer plus avant : je nai pas la place dans la marge H ! H ! Jy reviendrai donc dans un prochain opuscule : la fin de lespce Homo Sapiens Sapiens, et le trou quelle laisse dans larbre des grands singes qui permet toute une biodiversit radicalement nouvelle de loccuper, a toujours t un phnomne fascinant pour moi !



Dernier ajout : 23 avril. | SPIP

Si l'un de ces textes éveille votre intérêt, si vous voulez citer tout ou partie de l'un d'eux, vous êtes invités à contacter l'auteur.