{process=oui}
Inachevé.net

Site de création littéraire plus ou moins expérimentale

Lundi 20 juillet

20 juillet 2020

Art contemporain — Chapitre 13

« Je crois que ça a commencé par un exploit, somme toute assez commun dans ce genre de cirque : s’étant jeté dans le vide, un trapéziste s’est rattrapé quelques mètres plus bas aux bras d’un autre, qui n’était pourtant pas encore parti au moment où le premier s’était lancé. Le tout avec un saut périlleux au milieu, évidemment. Un petit garçon, juste en dessous, a alors laissé échapper un cri de stupeur et d’admiration, mêlé de peur.
« Le cri a déconcentré l’un des jongleurs sur la piste, qui a tardé un quart de seconde à renvoyer une quille vers son partenaire. Ce qui, en soi, n’est pas dramatique : ce sont des professionnels, ils sont capables de s’adapter, des artistes comme ça, au sommet de leur art, peuvent improviser avec souplesse avec les aléas.
« Sauf que le partenaire en question devait aussi, dans le même temps, lancer une torche dans les airs, pour allumer une boule d’étoupe imbibée, que tenait entre ses dents une contorsionniste, en équilibre sur une pyramide de chaises et d’acrobates, quelques mètres au-dessus du sol. Le deuxième jongleur étant obligé d’attendre de réceptionner la quille avant de lancer sa torche, le retard est passé d’un quart de seconde à une demie seconde.
« La boule d’étoupe enflammée devait servir à allumer un grand cerceau qui se balançait au-dessus de la contorsionniste. Mais au lieu de s’allumer à l’aller, celui-ci n’a pris feu qu’au retour. Or c’est au retour qu’une voltigeuse devait passer au travers, avant de se réceptionner sur un autre trapèze un peu plus bas. Elle n’a pas eu de problème pour le faire, seulement, comme le cerceau venait de s’allumer, la flamme était un tout petit peu plus forte et volumineuse qu’à l’accoutumée. Non seulement l’acrobate s’est brulée, mais l’une des plumes qui ornaient son juste-au-corps s’est allumé en même temps et a chu, avec grâce et légèreté, vers le sol.
« Et où s’est-elle posée, sinon sur le nez d’un avaleur de sabre, qui a du se retenir d’éternuer alors qu’il extrayait l’arme de sa gorge. En éternuant, il a dérangé le cracheur de feu qui lui tournait autour, dont le jet s’est détourné vers le tissu qui servait aux acrobaties aériennes d’une cordiste et l’a bien entamé.
« Quelques secondes plus tard, le tissu a rompu, précipitant la cordiste au sol. Heureusement, elle n’était pas très haute — un mètre, tout au plus, et c’était en plus la fin de son numéro — mais, en se réceptionnant, elle est allée heurter un mât chinois, sur lequel un acrobate était en train de jouer les drapeaux dans le vent. Le mât s’est mis à vaciller drôlement, ce qui a créé un frottement par terre, au niveau de la piste.
« Sans que personne ne s’en aperçoive, c’est ce frottement qui a déclenché l’incendie : en raclant deux silex l’un contre l’autre, il a fait jaillir une étincelle qui a fait rougir l’herbe sèche, sous le tapis de sol.
« Ça n’a pas pris tout de suite — on aurait pu l’éteindre immédiatement, il y avait des pompiers qui surveillaient le spectacle, après tout. Il a fallu attendre la nuit. Tout le monde était parti.
« Tout est parti en fumée. Et comme la pile du pont est quand même loin de tout, personne ou presque ne s’en est rendu compte. »



Dernier ajout : 11 août. | SPIP

Si l'un de ces textes éveille votre intérêt, si vous voulez citer tout ou partie de l'un d'eux, vous êtes invités à contacter l'auteur.