Inachevé.net

Site de création littéraire plus ou moins expérimentale

T.A.B.P.

Dernier ajout : 29 mars 2009.

"Tentative d’assèchement d’un bar parisien"

Ça porte bien son nom, non ?

Vive Perec... dont la "Tentative d’épuisement d’un lieu parisien" m’a inspiré cet exercice approximatif et empirique.

Pour une plus ample description de l’exercice, voir le texte intitulé "Ouverture".


| Un texte au hasard |

0 | 7 | 14 | 21 | 28 | 35 | 42 | 49 | 56 | 63

  • 5 avril 2007

    1er février 2009

    D’une admission fortuite — J.E.S., ébauche pour Lucile et Aude

    Les tables ici sont si serrées qu’elles permettent non seulement les oreilles indiscrètes, mais donnent lieu à des quiproquos savoureux, sans conséquence dramatique, même quand elles sont érotiques.
    Imaginez un large groupe d’amis. Ils se sont donnés rendez-vous là , ne se connaissent pas tous forcément et arrivent au compte goutte. On rencontre des amis d’amis, on amène qui on veut, la personne avec laquelle on a passé l’après-midi, le nouveau copain, la future copine qu’on essaie de (...)

    Lire la suite...

  • 27 mars 2007

    31 mai 2008

    Après une longue absence-maladie, je retrouve l’endroit en apparence inchangé. Je me suis assis au fond, tranquille, place d’hiver dans ce printemps chaotique (doux, voire chaud aujourd’hui).
    Une chose a changé néanmoins : un serveur est là que je ne connais pas. Pas de tête connue. Pas grand chose d’intéressant parmi la gent féminine. Sauf peut-être (Ma cousine, Berthe, elle s’est faite faire, une indéfrisable, elle est admirable, on en…) cette brune à la poitrine opulente, au visage lisse et (...)

    Lire la suite...

  • 20 mars 2007

    3 janvier 2009

    Y a aussi des gars qui entrent ici par hasard

    Y a aussi des gars qui entrent ici par hasard, pour boire un verre, sans se douter de ce que c’est, de l’immense machine coercitive à l’œuvre là -dedans. En un court passage, surtout dans l’après midi, il n’y verra que du feu, la surface des choses étant des plus banales ici : la sophistication et l’élitisme ne sont nulle part affichées, sauf peut-être par certains serveurs peu amènes et par quelques tenues excentriques et hors de prix de client(e)s.
    Rien ne laisse entrevoir la réalité des (...)

    Lire la suite...

  • 3 mars 2007

    28 février 2009

    Quelque part

    Arrive chaque jour en milieu d’après midi. Entre 15 h 30 et 16 h 30. Petit, sec, un peu fripé, gros visage derrière de plus grosses lunettes. Commande un demi. Pose sa main droite sur la table, redresse la tête. Allume un cigare très fin qui fume déjà quand son verre arrive. Porte autour du cou, en bandoulière, un petit Leica qui garde ce cachet discret des beaux appareils des années 70-80. Regarde devant lui — il pourrait très bien avoir l’esprit vide, tout à fait, vide — ballet serein de (...)

    Lire la suite...

  • 20 février 2007

    2 janvier 2008

    Des journaux qu’on y lit

    Sont surtout dispos le Parisien et, moins fréquemment, Libé. Celui-là , c’est surtout quand quelqu’un l’a oublié sur sa table. Bizarre : les gens oublient rarement le Monde, c’est pourtant le plus chiant, et encore plus rarement le Figaro, c’est pourtant le plus vide.

    Lire la suite...

  • 13 février 2007

    30 mai 2008

    Trying to be mean. Try it for tonight, see how it fits. Seems to me that, even so, it’s not going to make any difference.
    Mardi 13 février, en fait, il est minuit passé, nous somme donc le 14 février. Ce qui, vu la date, n’est pas un mince détail. Y a-t-il ce soir ici des gens qui se cherchent quelqu’un mue par la seule répugnance de n’être pas seul la soirée prochaine ? Sans doute.
    Il y a des couples bizarrement assortis.
    Quelques tables se sont vidées dans les cinq dernières minutes (quatre, (...)

    Lire la suite...

  • 3 ou 10 février 2007

    29 mai 2008

    Ce samedi est extrêmement frénétique. Ça a commencé dans la salle de cinéma, envahi par une foule gigantesque, indélicate envers tout air respirable ou pop-corn free ; et ça se poursuit ici, dans ce bar bruyant où chacun rivalise d’une volonté insatiable d’amusement souvent surfait, mais frivole et sans arrière-pensée.
    Mais… Mais qu’est-ce que c’est que ces manières ? Scruter ainsi les gens en face de soi ? Et à deux, qui plus est ! Résultat, on n’ose plus lever les yeux. Et ces deux, là -bas, (...)

    Lire la suite...

0 | 7 | 14 | 21 | 28 | 35 | 42 | 49 | 56 | 63



Dernier ajout : 16 décembre. | SPIP

Si l'un de ces textes éveille votre intérêt, si vous voulez citer tout ou partie de l'un d'eux, vous êtes invités à contacter l'auteur.