Inachevé.net

Site de création littéraire plus ou moins expérimentale

En vrac

Dernier ajout : 25 mai 2012.

Sans ordre ni désordre...


| Un texte au hasard |

0 | 7 | 14 | 21 | 28 | 35 | 42 | 49

  • Tâtonnements

    13 janvier 2011

    Je tâtonne je trébuche. À tout bout de chant. Moteur noyé, petits pets d’écriture, lorsque je tourne la clef sur le contact. Plus de souffle, plus de ronronnements. Que des renvois indigestes et nauséeux.
    Déjà ces derniers temps, j’avais remarqué. Cette incapacité à poursuivre. À conclure. Ce besoin constant d’un canevas — qu’est-ce là ? Savoir que dire pour écrire. Alors que ce fut si longtemps l’inverse — ne pas savoir comment écrire ce qui, resté en travers (...)

    Lire la suite...

  • Pas de

    1er décembre 2010

    Pas de course et pas de vis,
    Pas de Calais et pas mesuré,
    Pascal et papa à demi orphelin,
    Pas de danse et pas d’hélice,
    Paralysé et pas possible de dormir,
    Pas de deux et jamais sans trois,
    Pas de quoi (casser trois pattes à un canard),
    Pas de chance et pas chassé,
    Pas d’idée et pas le temps.

    Lire la suite...

  • érosion

    15 octobre 2010

    J’érode mon réel. Mes livres s’ouvrent, mes stylos meurent, mes carnets se terminent, mes habits s’éliment et se trouent, ma montre tourne — toujours — à contre-sens. Le reste fatigue.
    J’aime voir vieillir les objets qui m’entourent, les manipuler, reconnaître dans la patine laissée par le temps mes habitudes, mes défauts, mes manies et petites obsessions.
    J’aime en contempler l’histoire et l’usure à l’aune de nos moments partagés — (...)

    Lire la suite...

  • Tristesse suisse

    12 septembre 2010

    La vue des bateaux immaculés glissant sur la surface à peine ridée des lacs helvètes m’attriste. Ils ne feront jamais l’expérience de la fragilité de leur existence face à l’immensité écrasante de l’océan, la rudesse nerveuse du clapot, la puissance majestueuse de la houle. Faisant rond dans l’eau, ils achèvent toujours leur parcours. Prisonniers des hauts sommets et des alpages abrupts, ils développent une myopie frileuse, et n’éprouveront jamais cette (...)

    Lire la suite...

  • je lis

    29 juillet 2010

    je lis
    sans penser
    je lis
    sans se soucier du sens
    je lis
    sans essayer de comprendre
    je lis
    je me laisse porter, je me laisse charrier tel lourd alluvion par le courant tranquille du fleuve de ton verbe, sans regarder, sans prêter attention à autre chose que cette simple sensation de glisser, d’être porté, d’être supporté, de planer au-dessus en-dessous du sens, du beau, de l’équilibre
    je lis
    plutôt que de deviner perspective improbable, je laisse fuir au-delà mon (...)

    Lire la suite...

  • sans place

    28 juillet 2010

    sans place, les yeux au raz de l’eau, j’en suis tranquillement, consciencieusement le cours, je scrute la berge sans savoir qu’attendre, contemple les falaises abruptes, dont l’à pic rougit dans le soir
    l’eau fait masse sur mon corps, les menus arbustes défilent décharnés, vert domine sur bleu, le silence réverbère quelques murmures sur la froide paroi, j’avance sur place, déterminé, les pieds levés en signe d’acceptation
    majestueux et froid, (...)

    Lire la suite...

  • Surf sur le vague ?

    8 juillet 2010

    sans savoir pourquoi, cette sensation de vague — dérive dans la nuit (souvenir des étonnements d’enfant lors de voyage en train, défilement devant fenêtre imperturbable), flottement des lumières urbaines qui s’écoulent sur l’asphalte chaud — l’oreille cherche, interne, l’équilibre, les repères manquent
    le basculement est imperceptible — le visage ne verdit pas, pâlit à peine — les yeux sont secs — les pieds foulent
    vague sensation de vague qui l’emporte (...)

    Lire la suite...

0 | 7 | 14 | 21 | 28 | 35 | 42 | 49



Dernier ajout : 14 juillet. | SPIP

Si l'un de ces textes éveille votre intérêt, si vous voulez citer tout ou partie de l'un d'eux, vous êtes invités à contacter l'auteur.