{process=oui}
Inachevé.net

Site de création littéraire plus ou moins expérimentale

Inachevé.net

  • Jeudi 9 juillet

    | The Virus Diaries | 9 juillet 2020

    Art contemporain — Chapitre 7

    « L’enquête s’est alors complètement transformée. Après avoir fait un premier prélèvement ADN, la police scientifique a fait appel à des échafaudeurs, des maçons, et même des archéologues, pour l’aider à excaver ce qui se cachait dans le béton sans l’endommager. Je me souviens avoir longuement discuté avec une archéologue spécialisée dans le néolithique : sa direction lui avait donné l’ordre de venir, séance tenante, elle avait tout laissé en plan — pour une fois qu’il y a une urgence dans (...)

    Lire la suite...

  • Mercredi 8 juillet

    | The Virus Diaries | 8 juillet 2020

    Art contemporain — Chapitre 6

    « C’était là, vous voyez ? Il ne reste plus qu’un gros trou dans le béton et on ne voit plus aucune couleur « Oui, c’est assez haut, environ au quart de la hauteur. Ça fait bien 50 mètres, déjà. Ils ont dû grimper. C’est comme ça qu’ils s’en sont aperçus d’ailleurs. Les gendarmes ont même fait venir des chasseurs alpins pour aller fouiller la paroi et récupérer toutes les balles fichées dans le béton. Il a fallu attendre plus de deux semaines avant qu’ils ne débarquent sur les lieux pour (...)

    Lire la suite...

  • Mardi 7 juillet

    | The Virus Diaries | 7 juillet 2020

    Art contemporain — Chapitre 5

    « La suite, c’est mon fils qui me l’a racontée. Il faisait très beau, et il passait la journée là-bas avec des amis à lui — soi-disant pour une descente des rapides, mais je ne suis pas dupe : c’était la fin de l’adolescence, et je sais bien qu’il ne me disait pas tout de ce qu’il faisait. « C’était le matin, il faisait encore frais et les touristes étaient encore peu nombreux. Mon fil et ses amis étaient attablés un peu à l’écart, mais (...)

    Lire la suite...

  • Vendredi 26 juin

    | The Virus Diaries | 26 juin 2020

    Art contemporain — Chapitre 4

    « Ces trous, là ? Non, ce n’est pas l’accident du camion. D’ailleurs, vous voyez bien : ils sont plein de peinture. Ça veut bien dire qu’ils étaient déjà là à ce moment. Non, ils sont arrivés bien avant. Y avait encore de l’eau au fond du canyon à cette époque. « La pile était un lieu idéal pour ouvrir une échoppe pour les touristes qui venaient encore. La rivière était en contrebas, on pouvait y accéder sans problème et rapidement à pied, mais on était à l’abri de ses crus et des chutes de (...)

    Lire la suite...

  • Jeudi 25 juin

    | The Virus Diaries | 25 juin 2020

    Art contemporain — Chapitre 3 — un anniversaire

    « Les premiers lycéens qui l’avaient grimpé sont revenus pour rouvrir la voie et la rééquiper. Ils ne voulaient pas que les plus jeunes risquent leurs vies. Le premier scandale avait déjà fait pas mal de bruit et ils voulaient éviter d’être montrés du doigt comme d’immenses irresponsables. Ils ont profité de l’occasion pour fêter les vingt ans de leur bac, qui tombaient juste cette année-là. Tant qu’à faire, ils voulu le faire là-haut ! Ils avaient installé de (...)

    Lire la suite...

  • Mercredi 24 juin

    | The Virus Diaries | 24 juin 2020

    Art contemporain — Chapitre 2

    « Je ne suis pas le seul à avoir fêté mon bac dans cette vallée ! Tous les gens du coin le font. Chaque année, c’est un raout pas possible ici. Parfois, ils installent même des sonos monumentales. Avec les parois encaissées du canyon, ça fait une acoustique du tonnerre, sans vraiment déranger les voisins — d’ailleurs, quels voisins ? Plus personne ne vit dans le coin à part moi et le père Goriot. « Une année, le club de varap du lycée a décidé de fêter son bac en grimpant sur la pile. (...)

    Lire la suite...

  • Mardi 23 juin

    | The Virus Diaries | 23 juin 2020

    Art contemporain — Chapitre 1

    « Oui, je vois ce que vous voulez dire. On pourrait le croire, mais en fait non. Vous voyez, là, dans l’encaissement de la vallée, il y avait une rivière. C’était il y a quelques années — ô, pas si longtemps, vous savez : je me souviens qu’on a plongé dedans pour s’y rafraichir le soir où j’ai fêté mon bac. C’étaient de vrais petits rapides, très agréables l’été. On faisait même du kayak parfois, avec les amis. « De l’autre côté, sur le (...)

    Lire la suite...



Dernier ajout : 9 juillet. | SPIP

Si l'un de ces textes éveille votre intérêt, si vous voulez citer tout ou partie de l'un d'eux, vous êtes invités à contacter l'auteur.