Inachevé.net

Site de création littéraire plus ou moins expérimentale

15 novembre 2007 — 23 h 55

2 septembre 2008

Jeune fille légèrement vêtue à ma gauche. Toute de fraîcheur, elle s’essaie avec un certain succès à la sensualité.

Version alternative et plus élaborée du triangle (amoureux) sus-décrit.

Ils sont déjà ensemble. Toutes les conditions initiales déjà décrites sont réunies. Et les regards ont commencé dès mon installation à la table voisine. Elle évite de l’embrasser, fuit ses lèvres, baisse les yeux, gênée, quand il essaie ou après qu’il a réussi qu’elle a cédé. Elle se sent coupable et ne donne ses lèvres que pour faire bonne mesure (on s’en fout, si c’est vrai ou pas, si je fantasme tout ça ou pas, c’est plus drôle de le décrire comme je le ressens). La pauvre, elle en fait trop.

Mais… Mais… Que sens-je là ? Sur ma jambe droite ?

Voilà à présent qu’elle me fait du pied ! En pleine conversation avec son boyfriend.

Ça devient hilarant. Mais je ne vois pas du tout comment ça peut aller plus loin.

Il y avait déjà de nombreux signes, mais alors, celui-là va bien plus loin que tout ce que j’aurais pu imaginer. Son geste est tellement insistant tellement appuyé que ça ne peut pas être accidentel ou involontaire. Soit elle a commencé sans vraiment s’en apercevoir et, amusée, a poursuivi, soit, c’était intentionnel dès le départ.

Son boyfriend s’aperçoit, au milieu de leur conversation agitée, que quelque chose est en train de se passer — « Something is rotten in the state of Danemark » — en réaction il se penche davantage vers elle, jusqu’à pousser la table, jusqu’à la pousser loin de moi, jusqu’à ce que ma jambe lui soit inaccessible.

Dommage, j’aurais bien voulu connaître la suite, et non avoir à seulement l’imaginer.

Dear girl, she makes so much efforts with her eyes, with her smile, with her eyes again, with her shoulder, delicately uncovered by the light tissu of her top.

Ah ! Elle va devoir s’avancer à nouveau. Son copain l’a tant poussée que le dossier de sa chaise allait buter sur le coude d’une autre cliente. Ce mec en veut, il se fait mâle, violent presque. Ça a l’air de l’amuser. Se laisserait-elle convaincre ?

Et si je demandais à l’une de mes ex-petites amies, ou à l’une de mes futures petites amies si cette situation de trio muet leur est déjà arrivé ? Et avec moi, peut-être ?

Le mec a tellement senti qu’un truc bizarre se passait qu’il hésite à présent à me demander mon briquet comme il l’a déjà fait deux fois.

New people coming in.
But I have to leave. I have a train to catch early in the morning, and with all the strikes going on these days…

Le type en vient de véritables solutions du désespoir : il lui parle mariage ! Il est mal barré.

New blood is nice. Not that cute, but nice and fun to look at. One of them, I can’t quite see — big guy blocking the view —, but she has really nice eyes.

Son mec se lève pour aller téléphoner dehors. Elle me regarde longuement. Commence à me parler en souriant. Banalités, légères, futiles. Badinage. Son mec revient : il doit y aller, un ami a besoin de lui ou quelque chose comme ça. Il se penche vers elle, va pour l’embrasser. Elle se détourne au dernier moment et son baiser finit sur sa joue. Il s’en va.

La suite a été écrite un peu plus tard dans la soirée…

Après quelques instants de silence — je suis un peu gêné, j’essaie de me concentrer sur autre chose, je regarde d’autres personnes, d’autres filles — elle engage à nouveau la conversation. Cette fois nous arrivons sur des sujets bien plus cruciaux (la pluie, le beau temps, la boisson, quel vin boire, il faudra bien arrêter de fumer un jour, et quelle idée, bizarre tout ça, ah, c’est la vie que voulez-vous ma bonne dame), elle finit par se lever pour s’asseoir sur la banquette à mes côtés. Elle est de trois-quarts, ses yeux mutins en coin, son petit pull à col large toujours prêt à glisser pour découvrir son épaule et la naissance de son sein. Le manège se poursuit, elle pose sa tête près de mon épaule et, tout à coup, m’embrasse.

Étonnement.

Enfin, une autre conclusion, moins convenue.



Dernier ajout : 23 novembre. | SPIP

Si l'un de ces textes éveille votre intérêt, si vous voulez citer tout ou partie de l'un d'eux, vous êtes invités à contacter l'auteur.