Accueil > En vrac > Sur le passage du fantôme

Sur le passage du fantôme

lundi 6 octobre 2008, par js.bach

Les yeux bleus qui étaient d’une clarté de lumière et d’eau sont résolus, plus éclatants encore de détermination. Leur assombrissement n’est peut-être qu’une impression car l’essence de leur eau est inchangée — mélange.

Les paupières sont impures, le visage se marque, se défait de sa robe d’ingénuité.

Le fantôme paraît déjà sous la pâleur de la peau et la vie irréductible du bleu jaillit pour contredire le monde, lui dire non. Visage encore jeune, regard sans âge. L’Innocence derrière lui, ce regard cherche la vérité sans espoir de la trouver.