Accueil > Fictions > Gomme et châtiments

Gomme et châtiments

Version 2

mercredi 3 mars 2021, par js.bach

L’ancienne version ici.

C’est l’histoire d’une gomme. Une gomme très triste parce que ses amis les crayons ne veulent plus jouer avec elle.
C’est toujours la même chose : chaque fois que les crayons griffonnent quelque chose, comme ça, pour jouer, elle efface tout en passant à leur suite.
Elle n’y peut rien : elle est comme ça, c’est une gomme après tout !
Les crayons sont très méchants avec la gomme. Ils ne veulent même plus lui parler. Dès qu’elle fait mine de s’approcher, ils s’éloignent, laissant derrière les traces de leur précipitation.
Voyant son désarroi, la maîtresse (qui est aussi sorcière à ses heures perdues) lance un sort aux crayons : elle les transforme en cochons et les envoie dans le ciel !
Une nouvelle constellation est née.
Mais la gomme est toujours malheureuse : à présent, elle n’a plus d’ami du tout ! La sorcière les ramène donc sur terre et les transforme en adorables chiens.
La sortie de l’école approche : les crayons tout chamboulés retrouvent leur forme de crayons avant que la cloche ne sonne.
Ils ne savent plus vraiment ni où ils sont, ni où aller. Ils font n’importe quoi et leurs traces s’entremêlent jusqu’à ce qu’ils se perdent tout à fait.
Entretemps la gomme s’est déguisée — à moins que ce ne soit la maîtresse — en crayon. Elle leur ressemble à s’y méprendre, sauf qu’au lieu de mine, il y a… la gomme. L’habit ne fait pas le moine et l’on peut bien se déguiser, on peut bien essayer de faire attention à tout, on ne change pas sa nature.
Elle se mêle à eux, et efface peu à peu tous leurs gribouillis. Tout redevient propre et net et les crayons peu à peu reprennent leurs esprits.
Ils reconnaissent alors la gomme sous son déguisement, mais ils comprennent aussi que, grâce à elle, ils peuvent à nouveau dessiner ce qu’ils veulent.
Ce qu’il faut, c’est qu’elle pas avant eux, pas après ! Elle peut leur faire place nette avant qu’ils dessinent.
C’est ainsi que la gomme redevient amie avec les crayons.

The end